Méditation guidée sur la douleur

De la douleur à l’apaisement

(En prison)… Soeur Tri Hai pratiquait la marche méditative toute la nuit pour rester elle-même et ne pas devenir folle. Elle revenait en elle-même. Sa vraie demeure n’était pas Paris, Londres ou Tra Loc, parce que cette maison pouvait être bombardée et totalement détruite. Le Boudha a dit: « Retournez dans votre île intérieure. Il y a en nous une île sûre. Chaque fois que vous souffrez, chaque fois que vous êtes perdus, revenez en vous-même. Personne ne peut vous prendre votre île. »
Thich NHAT HANH – La paix en soi, la paix en marche

bougies allumées, autant de lumière dans l'obscurité
Lumières dans l’obscurité

Parfois, la douleur est grande, envahissante… D’autres fois, elle est encore petite, si petite que l’on n’y prête pas attention.
Le ressenti de la douleur est très subjectif. Il est lié à notre histoire, à la place que notre sensibilité a pu prendre ou non.

Aujourd’hui, je vous propose de regarder la douleur en face, qu’elle soit grande ou petite, grave ou bénigne.
La regarder en face pour lui donner une place, sa place.
Si vous l’avez enfouie sous le tapis, soulevons-le ensemble avec douceur.
Si vous vous êtes dit  » Pas grave, ça va passer « , et que ça ne passe pas, allons lui tendre la main.


Donner une place à la douleur lorsqu’elle se présente ou dès que l’on s’en sent capable, c’est s’offrir une possibilité d’apaisement.
C’est une façon de prendre soin de son enfant intérieur, d’être un adulte bienveillant à son propre égard et à l’égard du monde.
Je vous souhaite une bonne pratique !

Merci à Alexia Evelyn « Lakota Lullaby », à Snatam Kaur « Mul mantra »


Bert Hellinger  » L’amour de l’esprit ne se demande pas si quelque chose a le droit d’exister. Pour lui, tout et tous font partie de la totalité, de même que nous, tels que nous sommes. »
Petit effort européen car ici Bert Hellinger, citoyen allemand parle en anglais, est traduit en espagnol, et mon blog est en français….L’amour englobe tout et tous !

Méditation guidée

Retrouver de l’énergie

C’est une expérience de plus en plus forte chez moi ces derniers temps: dans mes actions et mes sensations quotidiennes les plus infimes se glisse un soupçon d’éternité.
Je ne suis pas seule à être fatiguée, malade, triste ou angoissée, je le suis à l’unisson de millions d’autres à travers les siècles, tout cela c’est la vie; la vie est belle et pleine de sens dans son absurdité, pour peu que l’on sache y ménager une place pour tout et la porter toute entière en soi dans son unité…

Etty Hillesum

Fleurs au pied d'un arbre baignées de lumière, source d'énergie et de bien-être
Lumière, source d’énergie et de bien-être

De la fatigue à la lumière

Chacun de nous occupe différentes places, vit différents rôles dans sa vie. Nous pouvons être parent, enfant, ami, collègue, grand-parent, conjoint, citoyen, membre d’une association…
A chacun des rôles des devoirs, des responsabilités, des joies mais aussi des soucis.
A chacun des rôles, une façon d’être, de se positionner, de s’affirmer ou au contraire de ne pas oser s’affirmer.
La charge mentale désormais souvent évoquée peut engendrer subrepticement une fatigue croissante, voire chronique.

Cette méditation guidée vous propose d’explorer les différents domaines de votre vie, de les remplir de lumière afin de vous sentir pleins d‘énergie et apaisés.
Cette méditation vous accompagne vers votre source-ressources afin de vous centrer et d’envisager ce qui est vécu avec sérénité.

Merci à A. Vivaldi « Amor sacro » et à Danit « Cuatro vientos »

En complément, je vous recommande une très jolie vidéo d’Isâ Padovani
 » De l’éveil à la tendresse « , particulièrement à partir de la minute 26.35 .

La loi de préséance dans les Constellations Familiales

Moi avant toi?

Non, je ne volerai jamais la place
Du premier qui t’a dit  » je t’aime « 
Sur ton visage, on voit son visage
Et c’est ainsi que tu es belle. Vianney  » Beau-papa »


Continuons à nous familiariser avec les notions fondamentales des constellations.
Le précédent article ( Vous avez dit Famille? ) introduisait la notion d’intrication ainsi que le premier des 3 ordres de l’amour, observés par B. Hellinger au cours de sa très longue pratique,
soit le même droit à l’appartenance.
 » La présence de tous les membres de la famille permet aux vivants de se sentir entiers et libres à la fois. » B. Hellinger

Le deuxième ordre de l’amour est la préséance.

Regardez la photo ci-dessus et imaginez un instant le lionceau qui dit à son Papa quelque chose comme  » Je sais tout mieux que toi ! « . Comment va réagir le lion?
Maintenant, si le lionceau dit à son Papa  » Tu es le grand , je suis le petit … « 
Quelle peut être la réaction du lion cette fois-ci ?
Va-t-il plus volontiers soutenir son enfant , l’accompagner?


A présent, regardez cette photo.
Imaginons que cet homme représente désormais le lion, mais un lion fatigué, seul et peut-être malade…
Imaginons que le lionceau s’approche, et dit à son père  » Je vais te sauver, mon cher Papa ! Je vais mourir à ta place…  » .
Comment se sent le lion à ces mots ? Le père peut-il se sentir heureux devant une telle attitude de son enfant ?
L’enfant respecte-t-il la préséance du père ? Ou oublie-t-il la première photo, celle où son père est un lion et lui un lionceau ?

Y a-t-il des situations où vous vous êtes mis en avant, à la première place, face à quelqu’un arrivé avant vous dans le système ?
Avant la première épouse… Avant le précédent mari… Avant le vieil ingénieur qui vous forme avant de partir à la retraite… Avant votre aîné dans la fratrie… Avant le fondateur d’une équipe que vous rejoignez … Avant votre mère que vous mésestimez… Avant votre père que vous jugez trop faible … Vos parents avant les parents de votre conjoint …

Avez-vous déjà pensé dans ces situations  » Je suis mieux que toi ! » ?

Ou reconnaissez-vous que tout ce qui a précédé reste ?

Inversement, que ressentez-vous lorsqu’un jeune lionceau vous dénie votre place, balaye ce que vous avez créé, méprise votre expérience ? Faisant comme si vous n’aviez pas existé …

Vianney, dans sa chanson  » Beau-papa  » respecte la préséance du père , il reconnaît ce qui a préexisté à son arrivée dans l’histoire.
Cette famille « re-composée » a ainsi beaucoup de chance d’être heureuse…

Merci à Camille Saint-Saêns

Première loi des Constellations Familiales

Le même droit à l’appartenance

« La constellation est dirigée vers tous et toutes de manière égale » Bert Hellinger


Une de mes connaissances a voyagé dans le monde entier comme médecin et chercheur. Il m’a confié avoir observé que le dénominateur commun à tous les pays était la famille, la famille et les problèmes qui lui sont liés.
Que ce soit la famille existante, la famille que l’on souhaite créer, la famille que l’on n’arrive pas à créer, la famille créée qui cause bien du souci, la famille rêvée versus la famille réelle…

L’histoire commence avec au minimum le chiffre 2; elle commence biologiquement par la fécondation d’un ovule de la femme par un spermatozoîde de l’homme.
C’est le début biologique, physiologique.

Qu’en est-il de la rencontre humaine , du désir ou de son absence , des circonstances de la rencontre ?
Qu’en est-il de cet homme et de cette femme et de leur vécu, avant même la fécondation? Qu’en est-il de leurs ancêtres ?

Personne ne naît ex nihilo…
Chacun de nous arrive dans une histoire, l’histoire de ses parents ( biologiques, adoptifs, séparés, malades, heureux, jeunes, âgés , hétérosexuels, homosexuels, issus d’un certain pays, d’un certain milieu social…) et dans la grande Histoire.
Et, il faut faire avec…

Les thérapies individuelles nous proposent de comprendre, voire de soigner notre souffrance quand nous sentons notre histoire familiale trop lourde ou complexe.

Les Constellations Familiales elles, montrent la douleur du système entier , et la part que nous y prenons.
Elles éclairent les multiples liens qui nous mettent en relation les uns avec les autres, traversant les générations.
Les liens qui fonctionnent bien et ceux qui nous empêchent, nous encombrent, ou figent le cours de notre vie.

Intrication
On parle d’intrication lorsque notre vie est scellée, enchevêtrée à celle d’un membre de notre système.
Un ancêtre exclu, un mort oublié, un destin honteux mis à l’écart par la famille, un grand amour supplanté par un mariage de raison, un secret sur une naissance, une disparition , une mort…

Les situations d’intrication sont nombreuses.
La personne intriquée est comme irrésistiblement attirée inconsciemment par l’histoire de ce membre du système et est incapable de vivre sa propre vie.
Tant que l’exclu, l’oublié n’est pas vu, éclairé, génération après génération quelqu’un va, à son insu, comme prendre sa place et son histoire, et ne pas vivre son propre destin.
Des schémas peuvent alors devenir répétitifs dans une vie ou sur plusieurs générations.
Exemples: tous les hommes d’une famille meurent au même âge… Un homme ou une femme enchaîne les ruptures sentimentales…

Ainsi, les Constellations Familiales , par delà le biologique, mettent en lumière ces noeuds enfouis, ces mouvements de l’âme extrêmement actifs, avant même la naissance puis au-delà.
Vous connaissez ce jeu peut-être, le jeu des chaises musicales. Il y a toujours un nombre de chaises inférieur au nombre de personnes présentes.
En constellation, il s’agit au contraire qu’il y ait une place pour chacun et que chacun ait sa place par ordre d’arrivée dans le système.

« Toutes les âmes doivent être vues  » dit B. Hellinger . C’est à ce prix-là que le système retrouve l’ordre qui lui manquait.

Les sujets pouvant être abordés en constellations familiales:

La famille, places et conflits dans la fratrie, inceste, familles recomposées…
Le couple, l’éloignement, la séparation, l’infidélité, la stérilité, la violence, les fausses couches, l’avortement …
Les relations sentimentales, le célibat, l’échec amoureux…
Les relations avec les autres…
Les questions d’argent, la capacité à en gagner, sa gestion, les héritages…
Le travail, le chômage, la réussite ou les difficultés professionnelles, les problèmes d’orientation…
Le handicap
La maladie
La mort, le deuil…
La peur , les phobies…
L’attirance vers la mort, la difficulté à vivre dans la joie…
L’addiction
L’insomnie
La question du logement , déménagement, problèmes dans son lieu de vie…
Un comportement inexpliqué, les répétitions de scénario…
Les animaux  » de compagnie « 
Les multiples questions posées au sein d’une entreprise….

Au cours d’une constellation, les représentants se rendent disponibles pour voir et sentir avec leur coeur. Le mental se retire laissant place au mouvement de l’âme.
Les intrications sont mises à jour , le système est mû par un nouveau mouvement. L’amour peut à nouveau circuler pour tous…

Courte méditation pour entrer dans la pratique…
( Se référer également aux pages Stages et Tarifs pour les séances individuelles de placement systémique et les ateliers en groupe de Constellations Familiales )

Merci à F. Chopin et à J. Rodrigo

En présence

Méditation guidée pour retrouver le calme


Qui sait par le repos passer peu à peu du trouble au clair ?
Et par le mouvement du calme à l’activité ?

Quiconque préserve en lui une telle expérience ne désire pas être plein. N’étant pas plein, il peut subir l’usage et se renouveler. Lao Tseu


Profitons de l’hiver pour revenir à nous-même . Ecoutons les sons à travers un manteau de neige. Lisons un peu, parlons moins… Tel l’arbre immobile qui prépare le printemps , économisant son mouvement, tel l’animal sauvage qui ménage ses forces …

Soyons à l’écoute du plus infime murmure et du silence, laissant au loin agitations . Sentons le moindre frémissement en nous comme les bourgeons prêts à poindre. Prenons le temps de sentir l’énergie de cette saison, l’hiver.


Dans la position de votre choix, au moment de votre choix, seul et ensemble, méditation au coin du feu, un temps de parole, de silence et de musique …

Merci à F. Schubert

1+1= ?

Méditation guidée pour apaiser la relation de couple

Quand nous aimons, nous regardons la personne que nous aimons. L’homme regarde la femme, la femme regarde l’homme. (…) Ils se regardent dans les yeux et se disent  » Je t’aime « . L’homme le dit à la femme, la femme le dit à l’homme. (…)
Combien de forces y-a-t-il quand nous disons « Je t’aime » ?
Sur une échelle de 0 à 100, qu’indiquerait l’aiguille? 100 ? 80 ? 60 ? 40 ? 30 ? 20 ? Cette phrase nous touche bien sûr! Mais a-t-elle la force nécessaire pour durer tout le temps que cela exige de notre part ? Bert Hellinger


L’histoire d’amour débute par un baiser, continue par un  » Je t’aime « … Et puis d’autres baisers, d’autres « Je t’aime « …
Mais qui est cette femme, ce 1 ? Qui est cet homme, ce 1? D’où viennent-ils, quel est leur vécu ? Comment leur histoire familiale entre elle aussi dans la nouvelle équation ?

Notre arbre généalogique définit en effet notre homme intérieur comme notre femme intérieure.
A la question  » qu’est-ce pour vous être une femme ou être un homme? « , nous répondons tous en résonance avec les différentes femmes et hommes de notre famille. Féminité comme virilité sont au coeur de notre histoire familiale.
Chantal Rialland, psychothérapeute transgénérationnelle.

Ainsi continue l’histoire, après de nombreux baisers … Un homme et une femme, chers à Claude Lelouch, cherchent à être homme et femme ensemble, adossés chacun à son arbre, partageant le désir de créer ensemble du Nouveau…
Cela suppose que chacun ouvre les yeux, sur soi, sur l’autre. Sur sa famille, et sur celle de l’autre. Sans se croire meilleur…En s’acceptant réciproquement, en embrassant les multiples différences avec bienveillance.


Cette méditation guidée vous propose d’explorer la relation  » 1+1 « , de voir qui vous regardez avec amour, et comment prendre un peu de recul quand cela devient difficile…

Merci à Meute, Jenny & Tyler et à Andy Williams

Gratitude


Dire Merci s’adresse d’abord, je crois, à ce que nous découvrons en nous-même, qui nous fait vivre, qui nous tient au plus près, en nous-même, de la source de ce qui nous fait vivre – Catherine Chalier, philosophe


A la fin de certains ouvrages, à la fin des films, lors de remise de prix, nous avons l’espace consacré au remerciement…
Remerciements à ceux qui ont contribué à la réalisation du projet, qui ont contribué à faire émerger de nous-même un acte, une création…
Remerciements qui marquent un achèvement heureux, qui scandent, tel un rituel, le passage entre une gestation et une naissance.

La gratitude part de nos profondeurs intimes. Elle célèbre la force de Vie qui nous traverse. Au delà des difficultés, du tragique, de l’impossible.
La gratitude, c’est ce moment où notre coeur est rempli par le Bon, le Beau, le plus Grand magnifique devant lequel nous ressentons le besoin de nous incliner intérieurement et de dire Merci .
Pas un merci du bout des lèvres qui nous rend quittes d’un cadeau ou d’un service rendu.
Pas un merci vite oublié, et superficiel.

Un Merci profond, reconnaissant le bien incommensurable que nous éprouvons à cet instant, renouvelant notre joie à vivre.

Merci à Erik Satie, à Dean Martin, à Catherine Chalier

Du deuil

Méditation guidée pour accompagner un deuil

 » Le deuil n’est pas un état mais un mouvement  » Christophe Fauré, psychiatre

Trouver apaisement et réconfort après un deuil

Dans ma pratique, et sur ce site, mon but est d’accompagner la vie. De vous accompagner dans votre vie.

Au cours de ce voyage sur terre, à un moment, à des moments, il y a rupture, perte, ou séparation …
Une seule séparation est irréversible, c’est celle où la mort intervient. La personne chère à nos yeux n’est plus visible, définitivement. Nos mains ne peuvent plus la toucher. Nous ne pouvons plus respirer son odeur. Nous ne pouvons plus partager de repas avec elle. Nous pouvons même oublier sa voix au fil du temps. Chacun de nos sens est touché, notre corps tout entier est dans la douleur.
Nous pouvons en avoir pleinement conscience, ou au contraire, être comme anesthésié, sidéré. Nous pouvons également agir comme si rien n’avait changé, et même être encore plus actif, plus entreprenant; foncer dans le mouvement le temps d’intégrer psychiquement que le mouvement de l’autre s’est arrêté…

L’absence a remplacé la présence. Le manque se manifeste continuellement et chaque détail nous rappelle qu’il ou elle n’est plus.
Cette réalité touche chacun de nous. La mort fait partie de notre destinée humaine.
Au début, aucun mot ne peut consoler. Le silence, la présence entourante sont pendant un certain temps les seuls baumes qui peuvent accompagner l’endeuillé.e dans son immense solitude.

Le deuil est un mot, un mot qui désigne en fait tout un processus. Un processus lent, long, propre à chacun, en fonction de la nature du lien avec la personne disparue, et des circonstances du décès. Ce processus de cicatrisation psychique, cette traversée de l’obscurité permettent un jour de sentir- en soi- la personne disparue physiquement; nous intériorisons sa présence, le dialogue avec elle reprend alors d’une nouvelle façon.

Aujourd’hui, je vous propose une méditation sur le coeur, organe de Vie, de sentiments, d’émotions, de paix. ( 22 mn )

Et après, et maintenant ?

La pyramide d’A. Maslow, ou la pyramide des besoins

J’ai créé ce site pendant le confinement. Il m’était alors apparu comme une urgence de proposer des pistes d’exploration pour déployer un espace de liberté physique et mentale.
La curiosité, la découverte, une pratique, la création… devenant, en cette période si particulière, de puissantes alliées pour rester amples, ouverts dans notre humanité.

Et maintenant, et aujourd’hui ?

Le monde entier a été confiné. Situation inédite !

Pendant deux mois, le monde a été à l’arrêt, dans le bouleversement de ses habitudes, de ses acquis, de ses certitudes… Ou au contraire par exemple, dans le domaine de la santé hospitalière, dans une frénésie et un stress provoqués par l’activité accrue.

Le déconfinement qui a suivi n’a pas été simple pour beaucoup d’entre nous. Les mesures « barrière », un possible reconfinement, le port du masque, un avenir concrètement incertain sont de nouvelles donnes que notre psychisme apprivoise, intègre peu à peu.

La pyramide des besoins d’A. Maslow qui a été décriée, notamment à cause de sa hiérarchisation pyramidale des besoins, revient subitement au devant de la scène.

D’abord, répondons à nos besoins physiologiques, manger, boire, dormir, respirer, éliminer… (achats compulsifs de farine, d’eau et de papier toilette exacerbés pendant le confinement…).

Puis, à nos besoins de sécurité, d’environnement stable ( petits déplacements, une heure maximum, correspondant à des trajets de première nécessité, télétravail, pas d’école ou en petits groupes etc …).

Ensuite, répondons à nos besoins d’appartenance et d’amour… Mes proches, ma priorité !… Maintenir le lien avec les autres aimés, indispensables, coûte que coûte…( explosion des relations virtuelles pour contrecarrer l’absence physique ).

Enfin, occupons-nous de nos besoins d’estime …Confiance et respect de soi, reconnaissance et appréciation des autres. Et, du besoin d’accomplissement de soi.

L’être humain menacé par une pandémie revient effectivement à ses besoins premiers tels que Maslow les avait organisés.
Mais dans toute situation extrême, inédite, nous avons également besoin du fond de notre coeur, pour notre survie intime de créer, de nous dépasser, de garder des rendez-vous avec nous-même et avec les autres afin de maintenir un équilibre intérieur.
Et ceci, non en dernier, non en haut de la pyramide, mais en même temps que les autres besoins !

La Terre tourne; chaque matin le soleil se lève, puis se couche à la fin de la journée, le ciel si vaste et étoilé en ces nuits d’été nous berce et nous invite à nous rappeler toujours notre place dans cet infiniment grand et dans l’histoire de notre évolution.

Aussi, pour continuer à vous accompagner, en plus de quelques articles, reprendrai-je bientôt les audios, comme autant de bulles d’air, de friandises, d’évasions sonores et musicales, de leçons simples pour le mouvement… Je vous souhaite de bien continuer à profiter de l’ été, saison du Coeur et de la croissance en médecine traditionnelle chinoise…

Temps machine ou temps humain ?

Que signifient pour vous ces expressions :

– aller à son rythme
– trouver sa vitesse de croisière
– prendre son temps
– s’écouter … ?

Quand vous conduisez, si vous êtes conducteur, et même si vous êtes passager d’un véhicule, vous savez à quelle vitesse vous roulez.
La vitesse est chiffrée, concrète. Elle est également réglementée. Vous pouvez ou non la respecter, selon votre humeur, la situation, l’attention que vous portez à votre conduite …
Vous disposez, dans le cas de cet exemple, de repères très précis pour mesurer la vitesse.

Dans le cas d’objets domestiques, la plupart fonctionnent dans l’instantanéité. Vous appuyez sur un bouton, et hop, ça marche!
Si ça ne marche pas immédiatement, nous sommes vite agacés, n’est-ce-pas ?
Parfois, nous attendons aussi cela de nous-même, de « marcher » tout de suite, d’être en état de « marche » dans l’instant.
Comme s’il existait un bouton magique « ON « chez les humains…
Ignorant la vitesse de notre temps psychique… Et ce temps-là est bien plus lent que le temps d’une machine. Beaucoup plus riche aussi.
Est-ce que cela aurait plus de sens de marcher vraiment, et d’entendre de nous-même l’état de notre réelle disponibilité psychique ?

Lorsqu’un appareil ne fonctionne plus ou mal, quelles sont les options ?
La réparation, la déchèterie, l’oubli dans un coin ? … Je m’en occuperai plus tard…. Avant cela, comment est-ce que nous entretenons nos objets ?

Qu’en est-il pour l’être humain ?
Est-ce que nous oublions notre humanité, parfois, dans un coin ?
Que faisons-nous pour nous entretenir ? « Entretenir » signifie-t-il la même chose pour une machine que pour un Homme ?

Je pose la question autrement:
– vous arrive-t-il de vous traiter comme si vous étiez une machine ?
– quand vous sentez-vous pleinement humain, vous-même ?

Fermez les yeux… Imaginez la Terre… le globe terrestre, avec ses mers, ses océans, ses continents… La planète bleue, verte aussi, terreuse, sablonneuse… pleine de lumières… Comme une mappemonde éclairée posée sur le bureau d’un enfant, mais en plus grand, plus haut…
Maintenant imaginez-vous…là, maintenant, tel que vous êtes, dans vos habits, avec vos chaussures, ou pieds nus…et transportez-vous sur la Terre, cette grande et ronde Terre que vous imaginez.
Vous êtes debout, sur Terre, en imagination…
Commencez à marcher, vous savez, un pas devant l’autre, puis un nouveau pas devant l’autre…
Et observez… quelle est votre vitesse… comment se déroule votre mouvement … Prenez votre temps, respirez…inspirez…expirez… quel est votre rythme intérieur … qui vous permettrait de faire le tour de la Terre sans effort…
Vous êtes en train de marcher sur la Terre… c’est
une promenade… observez vos sensations… l’air que vous respirez et qui caresse votre peau… les parfums… vos muscles qui se réveillent, vos articulations qui se délient…l’expression de votre visage…le vide qui commence à se faire dans votre tête…
Peu à peu, vous entrez dans votre rythme…C’est votre rythme Ressource. Celui où vous vous sentez à votre place, bien dans vos baskets. Là, vous avez de la force, de la justesse, de la plénitude …Vous êtes vous-même dans toute votre unité, dans votre entièreté…

Tranquillement, en gardant cette harmonie en vous, laissez doucement l’image de cette Terre s’éloigner … Elle devient de plus en plus lointaine… Laissez ce petit voyage fondre dans votre mémoire…Revenez progressivement ici et maintenant. Sentez vos appuis, les contacts de votre corps avec le sol, la chaise, votre environnement…
Regardez autour de vous, avec vos yeux, votre tête…

Maintenant, je vais vous confier un secret…Chut, je vous le dis tout doucement dans le creux de l’oreille, je le murmure dans un souffle…Vous êtes sur Terre et vous marchez…Marchez pour de vrai, le plus souvent possible. Sentez ainsi la Terre-terre sous vos pieds.
C’est un secret bien particulier car il est partagé par absolument toute l’humanité …


L’arbre parental

« Quel était votre visage avant la naissance de vos parents ? »

Koan zen

L’arbre croît grâce à la combinaison des forces du bas, celles de la terre, et de celles du haut, celles du ciel et de sa lumière.

De ce processus vital, la photosynthèse, l’arbre puise l’énergie de croître.

Dans la méditation d’aujourd’hui, je vous propose un voyage autour de votre propre « photosynthèse » (du grec, phos « lumière » et synthesis « combinaison »).

En éclairant votre arbre parental, nourri par l’énergie des ancêtres, le Jing ancestral ou Jing du ciel antérieur en Médecine Traditionnelle Chinoise, laissez la vie couler en vous, affirmez vos propres racines et impulsez le prochain mouvement dans le vaste espace qui s’offre à vous. (25 mn)

Trilogie sur la Posture de l’Arbre

Cet arbre qui remplit tes bras est né d’un germe infime.
Lao-Tseu dans le « Tao tö king »

En Médecine Traditionnelle Chinoise, la posture de l’Arbre est l’une des postures de Qi Gong pour honorer le Printemps et s’imprégner de son énergie. Cette trilogie propose ainsi de planter en imagination son propre arbre, de sentir l’énergie venant de la Terre en nourrir les racines, remonter le long du tronc pour se diffuser dans les branches et permettre la floraison, tout en gardant la tête froide et les pensées modérées . Inspirées par le Tableau des correspondances en MTC, ces 3 séquences vous accompagnent dans une escapade printanière.

Séquence 1:  » Choisir sa terre « 
Relaxation sensorielle guidée afin de créer un environnement favorable et imagé pour la Posture de l’Arbre (15mn)

Merci à Bedrìch Smetana

« Être centré », comment faire?

Petite exploration proposée aujourd’hui autour de la question du centrage (16mn)

A quoi reconnaît-on le besoin d’être centré?

Est-ce que l’on sait avec sa tête que l’on est centré, est-ce que nous le sentons dans notre corps , ou est-ce une sensation globale, quand les pensées et la respiration s’apaisent enfin ?

Voici une piste pour aller dans la direction de son centre, comme on colorie un mandala, apporter du calme de l’intérieur vers l’extérieur, ou de l’extérieur vers l’intérieur.