Re-Naissance

Méditation guidée pour sentir sa force intérieure

C’est notre propre lumière, et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.
Nelson Mandela

ciel étoilé pour relaxation d'hiver
Voie lactée, chemin céleste de lumière

Nous sommes au cœur de l’hiver où les jours sont aussi courts que les nuits sont longues. Dans le monde, les humains invoquent lumière, chaleur et fraternité pour traverser cette période sombre.

En Inde, mi-novembre, c’est Diwali, la fête des lumières. Au coucher du soleil, les habitants allument des diya, petites lampes à l’huile qui illuminent intérieur et extérieur des maisons . Partout des rangées de petites lumières célèbrent cette fête. Dans le ciel, les feux d’artifices multicolores côtoient les étoiles. Les pétards éclatent, véritable victoire de la Lumière sur l’obscurité. Dans la tradition juive, c’est la fête d’Hanouka, fête des Lumières qui dure 8 jours. La bougie centrale permet à la tombée de la nuit d’allumer chacune à son tour les 8 nouvelles flammes alignées. Le dernier soir, les 9 flammes brûlent ensemble ; la lumière intérieure est visible de l’extérieur, car placée sur le rebord d’une fenêtre, ou à l’entrée de la maison.
Le 13 décembre, c’est la Sainte Lucie, patronne de la Lumière qui est particulièrement fêtée dans les pays nordiques. Sa couronne est faite de bougies et de branches d’airelle, plante persistante symbolisant la Vie toujours présente même dans la rigueur de l’hiver. Elle tient à la main une bougie, comme chacune des jeunes filles de la Procession.

Pour les Chrétiens, Noël arrive . C’est une étoile resplendissante qui annonce la bonne nouvelle, celle de la Nativité dans la nuit du 24 au 25 décembre. Promesse qu’une naissance, la naissance d’un bébé va éclairer le monde… Rues et maisons sont décorées d’étoiles et de guirlandes lumineuses. Le sapin, arbre toujours vert symbolise la vie éternelle.
Chacune de ces traditions célèbre la vie au delà de la mort, la lumière dans l’obscurité, le renouveau après le passé, l’importance du lien et du partage sur la solitude et le repli…
Ce sont également des fêtes symboliques qui permettent la possibilité de naître, de renaître chaque année à cette période en traversant ses ombres pour s’ouvrir à la lumière. Lumière qui revient subtilement après le solstice d’hiver. Lumière intérieure, fruit de l’introspection hivernale, et du retour à soi qui inaugure ainsi un nouveau cycle…

Cette relaxation vous propose d’entrer en contact avec votre lumière, de la faire vôtre pleinement afin de sentir ses pouvoirs transcendants et bénéfiques. (30mn)

Merci à Opa Tsupa et à Yann Tiersen

Et après, et maintenant ?

La pyramide d’A. Maslow, ou la pyramide des besoins

J’ai créé ce site pendant le confinement. Il m’était alors apparu comme une urgence de proposer des pistes d’exploration pour déployer un espace de liberté physique et mentale.
La curiosité, la découverte, une pratique, la création… devenant, en cette période si particulière, de puissantes alliées pour rester amples, ouverts dans notre humanité.

Et maintenant, et aujourd’hui ?

Le monde entier a été confiné. Situation inédite !

Pendant deux mois, le monde a été à l’arrêt, dans le bouleversement de ses habitudes, de ses acquis, de ses certitudes… Ou au contraire par exemple, dans le domaine de la santé hospitalière, dans une frénésie et un stress provoqués par l’activité accrue.

Le déconfinement qui a suivi n’a pas été simple pour beaucoup d’entre nous. Les mesures « barrière », un possible reconfinement, le port du masque, un avenir concrètement incertain sont de nouvelles donnes que notre psychisme apprivoise, intègre peu à peu.

La pyramide des besoins d’A. Maslow qui a été décriée, notamment à cause de sa hiérarchisation pyramidale des besoins, revient subitement au devant de la scène.

D’abord, répondons à nos besoins physiologiques, manger, boire, dormir, respirer, éliminer… (achats compulsifs de farine, d’eau et de papier toilette exacerbés pendant le confinement…).

Puis, à nos besoins de sécurité, d’environnement stable ( petits déplacements, une heure maximum, correspondant à des trajets de première nécessité, télétravail, pas d’école ou en petits groupes etc …).

Ensuite, répondons à nos besoins d’appartenance et d’amour… Mes proches, ma priorité !… Maintenir le lien avec les autres aimés, indispensables, coûte que coûte…( explosion des relations virtuelles pour contrecarrer l’absence physique ).

Enfin, occupons-nous de nos besoins d’estime …Confiance et respect de soi, reconnaissance et appréciation des autres. Et, du besoin d’accomplissement de soi.

L’être humain menacé par une pandémie revient effectivement à ses besoins premiers tels que Maslow les avait organisés.
Mais dans toute situation extrême, inédite, nous avons également besoin du fond de notre coeur, pour notre survie intime de créer, de nous dépasser, de garder des rendez-vous avec nous-même et avec les autres afin de maintenir un équilibre intérieur.
Et ceci, non en dernier, non en haut de la pyramide, mais en même temps que les autres besoins !

La Terre tourne; chaque matin le soleil se lève, puis se couche à la fin de la journée, le ciel si vaste et étoilé en ces nuits d’été nous berce et nous invite à nous rappeler toujours notre place dans cet infiniment grand et dans l’histoire de notre évolution.

Aussi, pour continuer à vous accompagner, en plus de quelques articles, reprendrai-je bientôt les audios, comme autant de bulles d’air, de friandises, d’évasions sonores et musicales, de leçons simples pour le mouvement… Je vous souhaite de bien continuer à profiter de l’ été, saison du Coeur et de la croissance en médecine traditionnelle chinoise…