En thérapie

Aucune question, même d’apparence neutre et objective, n’est une question. C’est toujours ma question. La sexualité n’existe pas, il y a ma sexualité. Le problème de la mort n’existe pas, il y a mon problème de la mort.
Arnaud Desjardins- Le message des Tibétains

Spirale pour décrire le travail de la thérapie, partir d'un point, Je pour aller vers Soi après moult explorations
Spirale: commencer par JE, le point central, expérimenter, explorer pour arriver à Soi, c’est le travail de la thérapie.


Le mot thérapeute vient du grec ancien et peut être traduit par  » servir, prendre soin de, soigner, traiter, accompagner « 

Le thérapeute n’est pas impliqué avec vous affectivement comme l’est un proche, un ami, un membre de votre famille. Il est le plus neutre possible, même s’il a des affects et qu’il peut être touché par votre histoire, il est à distance, avec empathie.
C’est grâce à cette distance professionnelle qu’il peut être à votre service (mais non à votre disposition).

Le thérapeute, le cadre thérapeutique:

Le thérapeute est présent, disponible. Il est présent pour entendre ce que vous dites, ce que vous manifestez.
Son écoute active permet la mise en relief de votre progression, de votre évolution dans les noeuds de votre histoire.
Il entend que tout ce que vous apportez en séance vous est particulier.

Le cadre thérapeutique est un espace-temps sécurisé, bienveillant, confidentiel.
Tout peut y être dit, entendu, les mots, les silences, les émotions, les douleurs
Ce cadre participe à rendre audible votre vécu , à valoriser votre voix, à faire entendre votre parole. Il vous est réservé le temps de votre séance.
La limite temporelle de la séance et le paiement garantissent également la particularité de ce cadre.

Pour que cet espace vous convienne, il est important de vous sentir en confiance avec le thérapeute. En confiance avec son accompagnement. Il est important de vous sentir entendu dans votre questionnement, dans ce qui vous est propre.

Car ainsi que l’écrit Arnaud Desjardins plus haut, il n’y a pas de généralité humaine;  » chaque être » a besoin d’être reconnu dans ses spécificités, son histoire, ses questions, ses blessures.

Faire une thérapie:

Le premier pas est la prise de conscience de votre besoin d’aide.
Le deuxième pas est la prise de conscience de votre besoin d’un autre pour vous aider.
Le troisième pas est la prise de conscience que vous ne trouvez pas cette aide auprès de votre entourage.
Le quatrième pas est la décision de faire appel à un professionnel, de le chercher, de le trouver, de le « tester ».
A cette étape, gardez courage, il se peut que vous ayez besoin de rencontrer 1, 2 ou 3 thérapeutes avant de vous sentir en confiance avec l’un d’eux.

Vous avez trouvé le bon thérapeute:

Le voyage de la vie continue, et le temps qui vous est nécessaire, vous n’êtes plus seul, mais accompagné, soutenu.
Par le phénomène du transfert, celui de la projection, vous pourrez visiter d’une nouvelle façon les relations qui vous ont construit, et celles que vous vivez actuellement.
Vous avez un vis-à-vis, un autre, face à vous et à vos côtés.
La thérapie vous appartient, au sens où c’est ce que vous apporterez de séance en séance, à votre rythme, qui donnera des réponses à vos questions et mettra de la lumière sur les profondeurs intimes.

Ainsi, faire une thérapie, aller en thérapie, être en thérapie signifie que vous avez décidé d’enclencher un nouveau mouvement, que vous prenez part activement à un processus , motivé par le désir de vivre mieux votre vie.

Jour après jour, au gré de votre propre temporalité, cet engagement à votre égard vous permettra de mieux naviguer, par temps calme et par grosses tempêtes…

De prise de conscience en prise de conscience, la thérapie va vous permettre de mieux vous connaître, de mieux vous comprendre. De mieux vous aimer aussi.
D’aborder la vie, vos relations, vos différentes activités en accord avec vous-même, avec de plus en plus de confiance et de paix.